Sport

Il avait un gros ventre de bière, 15 mois plus tard, toutes les femmes se retournent à son passage!


Un célibataire souffrant d’embonpoint est passé de bedonnant à bodybuilder en 15 mois, en abandonnant ses habitudes de fast-food qui lui coûtaient 140 £ par semaine.

Sebastian David, 28 ans, de Burnley, avait beaucoup de poignées d’amour, et était surnommé Keith Lard, à cause de ses habitudes alimentaires où il ingérait près de 5 000 calories par jour, en boulettes de chez Greggs ou en barils de poulet de KFC.

Après le décès de son père, l’officier en sécurité des incendies s’est mis au régime et à l’entraînement, qui l’ont fait passer de 93 kg à 66 kg.

Il a échangé la bière et les burgers contre une belle tablette d’abdominaux et a été vite encouragé par ceux qui fréquentent son gymnase de tenter sa chance dans des compétitions de body-building.
Et 15 mois après la première fois où il a soulevé des poids depuis des années, Sebastian a fini septième dans une compétition nationale qui lui a apporté beaucoup d’offres d’emploi en tant que mannequin, et il est maintenant l’un des célibataires les plus prisés d’Angleterre.

Il dit : « Je dois l’avouer, il est étrange de se faire offrir des contrats de mannequinat quand je regarde mes photos d’il y a deux ans. Mais je ne me plains pas, ça fait du bien de recevoir de l’attention par ci et par là. »
« Ma mère est très fière de moi et est heureuse que je me sois sorti d’une situation que je n’aimais pas. Ça ne faisait pas de différence pour elle, que je sois gros ou mince ou autre, tant que je suis heureux.
D’une façon, être gros était une bonne chose, parce que je ne ferais pas toutes les choses que je fais maintenant que je ne suis plus en surpoids. Je n’avais pas prévu de faire des compétitions de bodybuilding ou de poser, je voulais simplement me mettre en forme et me sentir mieux, mais maintenant que je suis lancé, je dois me trouver d’autres objectifs.

Je me sens très bien maintenant. Je suis heureux et c’est merveilleux de me sentir bien vis-à-vis de moi-même. »
Quand son père est décédé à 61 ans, Sebastian a juré de prendre soin de lui et prendre les rênes de l’entreprise familiale Pendle Nu Tech avec sa mère Christine, et d’aller au gymnase.

Commenter

Commenter